Rechercher

l'Afrique à vélo #1 - Perdu au paradis

Contraste entre beaux moments et galères. L'Afrique est à vivre mais je vais essayer de vous la décrire dans une série d'article qui retrace mon voyage.


1 Juin 2021 je débarque avec Lison en avion en Ouganda après une année et 4 mois de voyage en Europe. La situation épidémique mondiale nous amène ici pour une nouvelle grande aventure.


Les premiers tours de roues sur les pistes de terre et les premières sollicitations par la population sont très fatigantes. Les premiers jours sont rythmés entre dépaysement total, émerveillement et grande fatigue. Mais pour Lison il en ai tout autrement, la magie du voyage n'est plus là et l'envie de retrouver ses proches l'amène à prendre une grande décision. Lison mets fin à son voyage et rentre en France.


Après une semaine seul à réfléchir sur la suite de l'aventure et dans l'attente de mon visa pour la Tanzanie la situation n'est pas facile. Se retrouver seul en plein milieu de l'Afrique je dois me remobiliser et trouver de nouveaux objectifs et me poser les bonnes questions. Je suis tiraillé entre l'envie d'arrêter et l'envie de continuer le voyage. Je décide de choisir la deuxième solution et d'écouter l'éco qu'il y a au plus profond de moi même.


19 Juin, me voilà en Tanzanie après quelques heures à affronter l'administratif africain, ça vaut le détour croyez-moi. Je roule les premiers kilomètres dans le pays en larmes. Je suis complètement perdu. j'arrive dans le petit village de Bunazi pour passer la nuit. Je demande à un officier de police si je peux planter la tente à côté du poste, il accepte.

Complètement accablé un groupe d'enfant curieux et plein d'entrain me tient compagnie pour la soirée. Ils m'aident à monter la tente et à faire à manger. Leurs rires et leur joie de vivre me remontent le moral et dessinent les premiers traits de mon voyage en Afrique.

Les premiers jours se suivent et se ressemblent, je pédale complètement fatigué moralement. Je me nourri des sourires sur le bord de la route pour avancer.


Je ne suis jamais vraiment seul en Afrique

23 Juin, après de long jours et kilomètres à réfléchir j'ai enfin la réponse à mes questions.

En février 2020 je suis parti pour beaucoup de raisons toutes aussi motivantes les unes que les autres. J'ai décidé de partir à 21 ans sur sur les routes du Monde sans date retour afin d'apprendre, de comprendre et d'évoluer. Ces derniers jours dans le creux de la vague j'ai appris, compris et évolué comme jamais si j'avais décidé de rester dans ma zone de confort. J'ai un rêve et je le réaliserai coûte que coûte.


"Apprendre, comprendre et évoluer. Maxime de mon voyage"

Il faut dire aussi que l'adaptation à la vie africaine n'est pas facile. Pourtant je pensais avoir une très grande capacité d'adaptation après plusieurs mois sur les routes en temps de Covid, mais l'Afrique me pousse dans mes retranchements. La culture européenne et la culture africaine sont diamétralement opposées ! Après 5 semaines je penses avoir apprivoisé la vie ici et la porte du bonheur s'ouvre en grand devant moi. Chaque jours tu fais face à des sourires et des leçons de vie. Chaque journée est une nouvelle aventure. Me voilà en Afrique ! et je ne compte pas rentrer demain.



Au milieu de la savane tanzanienne

Abonnez-vous au blog pour ne pas louper une miette de mon aventure.







427 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

François Lemancel

PHOTOGRAPHE